La FIM en bref

John Smith | Président de la FIM

John Smith, Président

Benoît Machuel | Secrétaire général de la FIM

Benoît Machuel, Secrétaire géné­ral

John Morton | Président émérite de la FIM

John Morton, Président émé­rite

La Fédération Internationale des Musiciens, fon­dée en 1948, repré­sente au niveau mon­dial les syn­di­cats de musi­ciens et leurs orga­ni­sa­tions repré­sen­ta­tives équi­va­lentes. À ce jour, elle compte envi­ron 70 membres dans 60 pays.

La FIM a créé trois groupes régio­naux, pour l’Afrique (FIM-​AF, le Comité afri­cain de la FIM), l’Amérique latine (le GLM, Grupo Latinoamericano de Musicos) et l’Europe (le groupe euro­péen de la FIM).

La FIM a pour but de sau­ve­gar­der et de déve­lop­per les inté­rêts d’ordre éco­no­mique, social et artis­tique des musi­ciens repré­sen­tés par ses asso­cia­tions membres.

Ses objec­tifs sont notam­ment les sui­vants :
– Encourager dans tous les pays l’organisation pro­fes­sion­nelle des musi­ciens.
– Grouper en son sein les orga­ni­sa­tions de musi­ciens du monde entier, sti­mu­ler et ren­for­cer la coopé­ra­tion inter­na­tio­nale.
– Prendre toutes ini­tia­tives utiles afin de faire naître des dis­po­si­tions légis­la­tives (ou autres), sur le plan natio­nal et inter­na­tio­nal, pour la pro­tec­tion des musi­ciens.
– Conclure des accords avec d’autres orga­ni­sa­tions inter­na­tio­nales dans l’intérêt des asso­cia­tions membres et dans celui de la pro­fes­sion.
– Recueillir des sta­tis­tiques et d’autres élé­ments docu­men­taires rela­tifs à la pro­fes­sion de musi­cien et assu­rer leur dif­fu­sion par­mi les asso­cia­tions membres.
– Apporter un appui moral et maté­riel aux asso­cia­tions membres lorsque celles-​ci se trouvent enga­gées dans une lutte de défense pro­fes­sion­nelle en accord avec les buts pour­sui­vis par la FIM.
– Encourager tous les efforts ten­dant à assu­rer que la bonne musique devienne un patri­moine com­mun à tous les peuples.
– Organiser des confé­rences et congrès inter­na­tio­naux.
– Collaborer étroi­te­ment avec l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI), avec le Bureau International du Travail (BIT) et avec l’Unesco, et assu­rer enfin des rela­tions per­ma­nentes avec toutes les orga­ni­sa­tions inter­na­tio­nales dont l’activité peut être utile à la FIM.

En tant qu’organisation non gou­ver­ne­men­tale, la FIM est en rela­tion per­ma­nente avec les prin­ci­pales orga­ni­sa­tions inter­gou­ver­ne­men­tales telles que l’UNESCO, l’OIT, l’OMPI. Elle est recon­nue et consul­tée par le Conseil de l’Europe, la Commission euro­péenne et le Parlement euro­péen. La FIM a donc la pos­si­bi­li­té de par­ti­ci­per aux négo­cia­tions inter­na­tio­nales sur la pro­tec­tion des artistes inter­prètes et d’y faire entendre la posi­tion des musi­ciens.

La FIM est membre du Conseil International de la musique (CIM). Elle col­la­bore éga­le­ment avec toutes les orga­ni­sa­tions natio­nales et inter­na­tio­nales repré­sen­tant les inté­rêts des tra­vailleurs artis­tiques. Avec la Fédération Internationale des acteurs (FIA) et la Fédération UNI des médias et du spec­tacle (UNI-​MEI), elle a créé l’Alliance Internationale des Arts et du Spectacle (IAEA). L’IAEA est membre du Conseil des Fédérations Mondiales Sectorielles (CGU).

La FIM entre­tient des liens étroits avec les socié­tés de ges­tion col­lec­tive.

Pin It on Pinterest

Share This